Forsman & Bodenfors : L’intelligence de la collectivité

par Raphaël Martin, le 2 juillet 2019


Discussion sur le sujet en compagnie de la principale intéressée.

C’est à la mi-février que la filiale montréalaise de l’agence créative et stratégique  Forsman & Bodenfors annonçait la nomination de Karine Huard au poste de directrice générale : une promotion pour l’ex-vice-présidente, service-conseil et stratégie de plateforme, certes, mais une promesse, aussi, de changement de philosophie au sein des troupes. C’est une femme débordante d’enthousiasme qui nous répond au bout du fil lorsqu’on lui parle des premières actions qu’elle entend poser en début de mandat. « Les choses à faire ne manquent pas, s’amuse-t-elle, enjouée. Nous allons d’abord prendre le temps de remplir les postes manquants du côté de nos équipes. Ça s’en vient, il m’en reste encore quelques-uns à combler. Sinon, à court terme, l’objectif principal est de continuer à prendre soin de nos clients, de leur fournir le même excellent service. Mais parallèlement, nous opérons un changement de culture dans laquelle nous repensons les structures traditionnelles afin d’éliminer les hiérarchies et de donner un maximum de pouvoir aux différentes ressources humaines de l’agence. Il y a beaucoup à faire, à réfléchir - mais c’est si excitant ! »

Karine Huard 01

Crédit photo : Donald Robitaille

PLEIN POTENTIEL

Une vision d’entreprise fort séduisante, mais qui soulève aussi des questions. « Je ne dis pas que nous allons éliminer la notion de rôles au sein de l’agence, au contraire, poursuit-elle. Un directeur créatif et un directeur de compte auront toujours deux missions bien différentes. Cela dit, notre nouvelle structure veut inciter les gens à faire preuve d’initiative, à alléger le processus décisionnel et hiérarchique. Fini le temps où tout le monde devait toujours tout faire approuver. Ce qu’on dit aujourd’hui, c’est : voici ce que tu dois accomplir comme tâches ; on a confiance en toi, alors fonce et utilise ta créativité et les ressources humaines dont nous disposons à l’interne pour que ça se produise. Et sache qu’on est avec toi là-dedans. En gros, le but est de développer ensemble notre plein potentiel. C’est exactement ce que le modèle suédois de Forsman nous enseigne : recrutons les meilleures personnes possibles et allons chercher le meilleur d’eux-mêmes. C’est un retour aux sources en quelque sorte vers les valeurs de l’entreprise fondée en 1986. On souhaite donner à nos effectifs le pouvoir de se réaliser, et l’entreprise ne s’en portera que mieux. »

L’ART DE S’INTÉRESSER AUX AUTRES

Un modèle d’affaire qui commande une communication optimale entre chacun des différents paliers de l’agence. « On veut carrément mettre un frein au travail en silo, poursuit Karine Huard. Communiquer ses idées, c’est la clef de tout. Ici, personne n’a le droit de garder son travail pour soi : quand tu as une bonne idée, il faut la partager. On a mille et un différents systèmes pour le faire, car on prend pour acquis que le savoir et la connaissance sont d’immenses richesses dont tous doivent profiter. Chacun ici à le devoir de s’intéresser aux autres et à leur travail. Il faut que l’information circule, tout le temps. Les gens doivent travailler en équipe, demander de l’aide s’il le faut et et ne jamais hésiter à se dire : “hé ! as-tu pensé à ça ?” Les gens qu’on recrute doivent être ouverts à cette philosophie. La qualité des individus avec qui nous travaillons est, en ce sens, notre premier critère de succès. On souhaite d’ailleurs travailler avec de nouvelles générations. Et quand je dis ”nouvelles générations“, je ne parle pas que des jeunes, au contraire. Je parle plutôt d’un parfait amalgame d’expérience et de jeunesse capable de s’adapter au changement et de travailler pour le succès collectif. »

Karine Huard 02

Crédit photo : Donald Robitaille

CONFIANCE

Une façon de faire taillée sur mesure pour la nouvelle directrice. « Je crois avoir une bonne étoile, s’amuse Karine Huard, car je n’aurais pu tomber au meilleur endroit à ce moment-ci de ma vie. Toute ma carrière, j’ai eu la chance d’être promue avant même d’avoir le désir d’obtenir des promotions. Je suis une travaillante qui souhaite toujours faire le mieux possible, et c’est à travers les collaborations que j’ai appris à devenir une rassembleuse. J’ai passé la quasi-totalité de ma carrière au service-conseil : je me suis donc, en d’autres mots, spécialisée dans l’art d’aller chercher le meilleur des autres en les approchant de façon positive. Je me trouve bien chanceuse aujourd’hui d’avoir pu hériter d’un concept d’agence aussi fort, aussi intéressant. La mentalité scandinave de Forsman a beaucoup de point en commun avec nos valeurs québécoises. Pour le reste, je veux aller chercher le meilleur des gens dans la bonne humeur. J’ai confiance en l’esprit d’équipe, en l’intelligence de la collectivité. C’est comme ça que nous accomplirons de grandes choses. »


Cord-cutting — plus ça va mal, plus ça va bien?

À lire maintenant

La Ligue d’improvisation de Québec et Kabane provoquent l’inattendu
Le temps supplémentaire obligatoire ne prend pas de vacances
Me Pierre Savoie désigné «Avocat de l’année» en droit publicitaire et du marketing
RG3 : Le tournoi interagence de ballon-chasseur est de retour 
Des influenceurs s’envolent au Portugal avec Vinho Verde
nventive s’associe avec la Coalition des groupes jeunesse LGBTQ+
Nouvelle image corporative pour l’IRIC
Tandem accueille Chantal Dubé
Rythme révèle sa nouvelle identité signée K72
Utilisation d’Internet par les Québécois : l’écart diminue entre les générations
Cord-cutting — plus ça va mal, plus ça va bien?
Alain Gignac nommé président-directeur général de la Fondation de l’Institut de Cardiologie de Montréal